La CGT en quelques dates

Depuis 124 ans, les hommes et les femmes de la CGT s’unissent pour faire entendre leur voix et faire vivre ce patrimoine vivant de l’humanité et de la démocratie qu’est le syndicalisme.

Depuis 40 ans

1978 Décision de construire un siège national pour les besoins d’un syndicat ouvert et collectif.
1981 Arrivée de la gauche au pouvoir, immense espoir puis profonde désillusion.
1982 Déménagement de la CGT de la rue La Fayette au siège national de Montreuil. Grève à Citroën Aulnay s’étendant à Levallois, Asnières et Saint-Ouen. Issue victorieuse. La CGT très fortement mobilisée pour faire valoir la dignité des travailleurs immigrés.

Construction du siège national de la CGT à Montreuil

1995 45e Congrès de la CGT, les cheminots font grève et les manifestants sont pléthores. Les projets du gouvernement (reculs sociaux sur la retraite, la Sécurité sociale et la SNCF) déclenchent une grève s’étendant à l’ensemble des corporations. Grande popularité. Le gouvernement jette l’éponge.
2006 Mobilisation massive des étudiants, lycéens et syndicats face au CPE, le contrat de première embauche. Retrait du projet.
2010 Grande mobilisation contre la réforme des retraites mais le vote de la loi et les dissensions syndicales tarissent le mouvement.
2013 Fortes régressions des droits sociaux des salariés avec l’accord national interprofessionnel (ANI). Essor de la pauvreté, du chômage, de la flexibilité.
2015 La CGT a engagé une grande campagne pour la réduction du temps de travail à 32 heures.
2016 Dans un contexte où les régressions des droits des salariés s’accélèrent, la CGT a mené le combat, contre la loi Travail, puis encore aujourd’hui contre les ordonnances qui s’y réfèrent.

Et maintenant ?

« Une grande force syndicale d’émancipation, c’est l’objectif que la CGT se donne quasiment depuis toujours. Si elle n’a pas encore réussi à transformer le monde comme elle l’aurait voulu, elle a néanmoins contribué à le rendre moins dur, plus vivable et plus digne pour celles et ceux qui vivent de leur travail. C’est un apport essentiel pour le combat des générations qui viennent. »
Henri Krasucki à la tribune lors du Congrès de 1985

Les secrétaires généraux de la CGT

Vue générale du patio lors du Congrès de 1985

Le bâtiment en chiffres

40 000 m3 de béton,
2 400 tonnes
d’acier,
20 000 m2
de cloisons,
500 000
briques,
170 kilomètres
de câbles téléphoniques,
950
bureaux,
1 350
vitrages et un patio de 2 500 m2.

Vue de la CGT